----Annonce flash----

Journal Scientifique et Technique du Mali -(JSTM)-

Mission: Promouvoir la science au Mali, comme moteur de développement -- Site web: Cliquez ici -- Vous y trouverez gratuitement nos magazines scientifiques

Header ad

Retrait de la Côte d’Ivoire de la CADH: La VPDD interpelle le président Alassane Ouattara

Retrait de la Côte d’Ivoire de la CADH: La VPDD interpelle le président Alassane Ouattara

COMMUNIQUE  DE LA VPDD 

Le gouvernement ivoirien a décidé le 28 avril 2020, de retirer la déclaration de compétence prévue au protocole relatif à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples émise le 19 juin 2013.

La signature de la déclaration de compétence permet aux citoyens et aux organisations de la société civile du pays signataire, en cas de violation de leurs droits, de saisir directement cette juridiction qui siège à Arusha, en Tanzanie.

Cette décision de retrait intervient alors que la Cour Africaine des droits de l’homme et des peuples, avait ordonné à l’État de Côte d’Ivoire de suspendre les procédures à l’encontre de Mr Guillaume Kigbafory Soro, ancien Premier ministre et ancien Président de l’Assemblée nationale et la mise en liberté des militants de GPS détenus dans les prisons de Côte d’Ivoire.

En effet, en décembre 2019, Guillaume Kigbafory Soro, Président du GPS (Groupement des Peuples Solidaires) et autoproclamé candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire, avait été visé par un mandat d’arrêt international. Il était accusé d’atteinte à la sûreté de l’État. Les autorités  lui reprochant notamment, de fomenter un complot destiné à aboutir à une insurrection civile et militaire.

Saisie par des avocats du Président du GPS,  la Cour Africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), dans sa conclusion sur la forme du litige, a fait injonction au gouvernement ivoirien de mettre fin à toutes les poursuites contre Mr Guillaume Kigbafory Soro et ses proches. La cour a alors prévu se prononcer sur le fond de l’affaire dans le mois de Juin.

Quelques jours après cette injonction, c’est-à-dire le 28 avril 2020, l’État de Côte d’Ivoire a décidé de retirer la déclaration de compétence prévue au protocole relatif à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples. Condamnant par la même occasion, par contumace, Mr Guillaume Soro à 20 ans de prison, à cinq ans de privation de droits civiques et à une amende de 4,5 milliards de francs CFA,  pour recel et détournement de deniers publics.

Cette condamnation écarte de facto, le Président du GPS de la course à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire à l’instar de l’ex-Président Mr Gbagbo Laurent et de Mr Charles Blé Goudé, tous deux faisant,  eux aussi, l’objet de condamnation par contumace (20 ans Chacun) par la justice ivoirienne.

Au regard de ce qui précède et des crises de 2002 et 2010 vécues par notre pays, la Voix du Pardon, de la Démocratie et du Développement (VPDD), ce mouvement citoyen épris de paix et soucieux du bien-être du peuple, invite les autorités ivoiriennes à réunir les conditions idoines d’une élection présidentielle démocratique, transparente, inclusive et pacifique pour octobre 2020.

La VPDD invite enfin les autorités ivoiriennes à l’organisation d’une élection présidentielle qui sera le gage d’une paix durable pour le peuple d’Eburnie qui continue à payer le lourd tribut  des crises antérieures.

Le Secrétariat General de la VPDD

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *